Partager :

L’agriculture bio séduit de plus en plus de consommateurs et doit relever le défi de la croissance

15/09/2017

Conférence de presse de l'Agence BIO / vendredi 15 septembre 2017

L'agriculture bio séduit de plus en plus de consommateurs et doit relever le défi de la croissance
• 19 nouvelles fermes bio chaque jour pendant les 6 premiers mois 2017
• +9,4 % entreprises de transformation ou distribution bio au premier semestre 2017
• +500 millions d’euros de ventes bio au 1er semestre 2017 vs le 1er semestre 2016

Télécharger le dossier de presse

 

Extraits du Dossiers de presse: 

Bond du nombre d’entreprises de transformation et de distribution

Le premier semestre 2017 a été marqué par une croissance très prononcée des engagements des entreprises de transformation et de distribution, de l’ordre de +9,4 % (hors importateurs).

Cette hausse au cours des six derniers mois est équivalente à l’augmentation observée pendant l’ensemble de l’année 2016.

934 nouveaux transformateurs bio en 6 mois

11 534 transformateurs bio étaient engagés au 30 juin 2017, soit une croissance de +8,8 % par rapport au 31 décembre 2016. 934 se sont engagés au cours du 1er semestre 2017 alors qu’ils étaient 532 sur la même période l’année passée.

Parmi les transformateurs bio nouvellement engagés pendant le premier semestre 2017, 23 % sont des boulangers, 12 % des terminaux de cuisson et 18 % des industries agro-alimentaires. La majorité des transformateurs produisent à titre principal du pain, de la pâtisserie fraîche et des boissons.

441 nouveaux distributeurs bio au cours du 1er semestre 2017

4 458 distributeurs étaient engagés en bio au 30 juin 2017 dont 441 nouveaux au cours du premier semestre 2017, soit une progression de +11 % par rapport à fin 2016. Cette augmentation est plus importante que l’année passée où, sur la même période, 245 nouveaux distributeurs s'étaient engagés.

Plus d’engagements à l’aval dans les bassins de production ou densément peuplés

Comme l’année passée, les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie, Ile-de-France, Nouvelle-Aquitaine et Provence-Alpes-Côte d’Azur enregistrent les plus fortes progressions du nombre d’entreprises bio de l’aval. Relativement au nombre d’opérateurs, les régions qui connaissent les plus fortes croissances sont la Corse avec 25 % d’entreprises de transformation nouvellement engagées et les Hauts-de-France avec 17 % de nouveaux distributeurs. 

LE MARCHÉ BIO PROGRESSE D’UN DEMI-MILLIARD D’EUROS AU PREMIER SEMESTRE 2017

Grande distribution : les ventes bio en hausse de +18 %

Selon le panel trimestriel IRI, en grandes et moyennes surfaces (hyper et supermarchés, harddiscount, drive/e-commerce et magasins de proximité des enseignes) les ventes de produits bio à poids fixe ont progressé de +18 % en valeur, tirées par la progression des ventes en magasins de proximité (+21 %) et du drive/e-commerce (+31 %).

• L’épicerie salée et sucrée affiche une croissance de +24 % par rapport au premier semestre 2016, portée par le rayon du « petit déjeuner » (+25 %).

• Le rayon frais affiche une croissance plus faible (+12 %) notamment du fait de la crèmerie (+6 %), qui garde cependant la part de marché la plus importante du circuit.

• Le rayon des liquides (hors vins) progresse de +32 % porté par les ventes de jus de fruits et de la bière (+60 %). Les ventes de vins tranquilles bio en GMS ont progressé de +18 % avec une dynamique particulière des rosés et des vins mousseux et champagnes de +35 %.

Magasins spécialisés bio : +12 % au 1 er semestre

Les magasins spécialisés bio (en réseaux ou indépendants), après une année 2016 record, affichent un taux de croissance de l’ordre de +12 % pour une progression des ventes similaire à l’année passée (+156 M€ au premier semestre 2017). La croissance des ventes est tirée non seulement par l’ouverture de 133 nouveaux magasins et la baisse du nombre de fermetures, mais également par le développement des rayons traditionnels de découpe (boucherie, fromagerie). Les croissances des circuits de la vente directe et de l’artisanat sont évaluées respectivement à +11 % et +14 %. Source : Biolinéaires et Agence BIO - ANDi.

Les fruits et légumes en tête des progressions des ventes bio

Les produits les plus dynamiques restent les fruits et légumes avec une croissance des ventes qui dépasse +20 % en GMS, mais également les produits de l’épicerie. Depuis plus de 3 ans, ces deux rayons sont des moteurs dans la croissance des ventes de produits bio, quel que soit le circuit de distribution. Durant le premier semestre 2017, le manque d’approvisionnement a très certainement limité la croissance de certains secteurs, notamment celui du lait, du saumon et de certains fruits et légumes. Source : Agence BIO - ANDi 14 / 41 Des produits bio très majoritairement français 71 % des produits bio consommés en France produits en France (81 % lorsque sont exclus les produits exotiques*) Les produits importés de pays tiers ou introduits depuis l’Union européenne, se retrouvent principalement au rayon de l’épicerie pour 47 % (huiles, épices, légumes secs et quinoa, fruits transformés, chocolats, sucre…) et au rayon des fruits et légumes frais pour 20 % (banane, agrumes, avocat, tomates d’industrie…). Cependant 43 % de ces imports peuvent être considérés comme exotiques3 (banane, cacao, café…) ou purement méditerranéens (olives, agrumes…), la France ne produisant pas ou très peu ces produits. L’Union européenne reste un partenaire commercial privilégié avec plus de la moitié des importations en provenance des pays membres, et les trois quarts des exportations de produits bio français.

Partager :