Partager :

Le Ministre de l'agriculture en visite à Natexpo

24/10/2017

Pour la première fois, le salon Natexpo a été inauguré par le Ministre de l'agriculture. La visite de M Stéphane Travert ce 23 octobre est un signe de reconnaissance pour notre secteur comme l'a souligné le Président de Natexbio, Benoît Soury.

Après s’être arrêté sur de nombreux stands, M Travert a salué le dynamisme des entreprises bio et du secteur en général.

« Les PME de la bio proposent aux consommateurs des produits en phase avec leurs attentes et avec les enjeux environnementaux que doivent relever nos filières. La bio est aussi en avance sur les pratiques de contractualisation pluri-annuelle et rémunère mieux les producteurs » a-t-il affirmé, faisant ainsi le lien avec les problématiques au coeur des Etats généraux de l'alimentation.

Reprenant les orientations données par Emmanuel Macron à mi-parcours de ces Etats généraux, M Travert a précisé qu’il reviendrait aux interprofessions de proposer des contrats de filières pour mieux répartir la valeur et organiser la montée en gamme des productions.

« Nous ne voulons pas opposer les modèles et nous ne visons pas une agriculture 100% bio. Il n’y aura pas de plan bio à part : le développement de la bio sera intégré aux différentes stratégies de filière. » a-t-il indiqué.

Au nom des entreprises de la bio, Jean Verdier a invité le Ministre à donner toute sa place à la bio dans la définition de ces stratégies et à s'appuyer sur l'expertise et l'expérience de l'Agence bio en la matière (voir la note remise par le SYNABIO au Ministre).

Parallèlement, l'Agence bio a clairement exprimé par voix de presse son souhait de contribuer activement à cette réflexion stratégique qui devra déboucher d'ici la fin de l'année sur une nouvelle vision des relations au sein des filières (communiqué de l'Agence bio). 

S’agissant du soutien à la production agricole bio, le Ministre a confirmé le désengagement de l’Etat de l'aide au maintien : "Nous souhaitons nous recontrer sur les aides à la conversion. Le crédit d’impôt pour les exploitations bio a en revanche été confirmé pour trois ans et nous allons mettre en place des paiements pour les services environnementaux. A la différence de l’aide au maintien, ils ne seront pas limités dans le temps."

Partager :