Partager :

Manger bio : quels bénéfices pour la santé ?

27/10/2017

Un article du journal le Monde du 27 octobre met en avant une étude publiée dans la revue Environmental Health sur les troubles liés aux résidus de pesticides et donc les bienfaits d'une alimentation bio.

Le Monde indique qu'en Europe, 385 substances actives de synthèse sont autorisées pour l’agriculture conventionnelle contre 26 traitements naturels pour la bio. L'exposition aux pesticides est donc bien moindre en mangeant des produits bio dont les vertus  sont largement confortées par ces nouveaux travaux scientifiques.

 

 

 

Consommer bio :

  • Plusieurs études montrent que l’exposition à des insecticides organophosphorés de la mère durant la grossesse conduit à des retards cognitifs de l’enfant.
  • Une étude britannique sur 620 000 femmes montre une baisse du  risque pour certains cancers lymphatiques
  • D'autre part, l'alimentation bio entraînerait une diminution de 31% du risque d’obésité (cf les résultats de l'étude Bionutrinet) et une diminution du risque de développer des allergies.
  • La bio présente des bénéfices nutritionnels avec davantage d’oméga-3 dans le lait et la viande, de polyphénols dans les fruits et légumes et moins de traces de cadmium dans les céréales.
  • La démonstration de ces impacts positifs restent un défi de taille pour les scientifiques : en effet, les consommateurs bio ont souvent des comportements plus favorables sur le plan de la santé (alimentation plus équilibrée, activité physique...). De ce fait, mesurer l'impact spécifiquement lié à la qualité des produits bio demeure une gageure sur le plan méthodologique

Produire bio :

  • L’agriculture biologique permet de limiter le développement de bactéries résistantes aux antibiotiques.
  • Les travailleurs agricoles n’étant pas exposés à des produits phytosanitaires évitent le risque de diabète de type 2, de maladie de Parkinson, et de certains cancers.

L'article conclut sur la nécessité d'augmenter l'effort de recherche sur les impacts positifs et mesurables d'une alimentation biologique et d'étoffer les études avant approbation des substances chimiques afin de prévenir les effets néfastes sur la santé des générations futures.

Veuillez trouver l'article en suivant le lien suivant : https://ehjournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12940-017-0315-4


Partager :