Partager :

Manger bio réduit les risques de syndrome métabolique

05/10/2017

Dans le cadre de l'étude Nutrinet-Santé, les chercheurs de l'INRA et de l'INSERM ont montré que manger bio faisait baisser le risque de syndrome métabolique.

Le syndrome métabolique est défini comme un ensemble de perturbations qui augmentent les risques cardio-vasculaires et les risques de diabète de type 2. Il y a syndrome métabolique lorsque au moins 3 des facteurs de risque suivants sont présents : obésité abdominale (tour de taille), pression artérielle élevée, pas assez de « bon » cholestérol (HDL), taux de sucre (glycémie) et de lipides (triglycérides) trop élevés.

Emmanuelle Kesse-Guyot, co-auteur de l'étude précise : " La proportion des personnes ayant un syndrome métabolique est de seulement 12,1 % chez les grands consommateurs de bio alors qu’elle est de 20,7 % chez les très faibles consommateurs de bio. Manger bio pourrait être associé à la préservation d’une bonne santé cardiométabolique. Les adultes qui consomment beaucoup d’aliments bio, soit en moyenne 62 % de leur régime alimentaire, ont une probabilité plus faible de 31 % de présenter un syndrome métabolique, par comparaison à ceux qui ne consomment quasiment pas d’aliments bio."

Deux hyptohèses sont évoquées par les chercheurs pour expliquer cet effet : des teneurs plus élevées en composés nutritionnels bénéfiques dans les aliments bio et des teneurs en contaminants beaucoup plus faibles en raison de l'interdiction des pesticides de synthèse.

Pour en savoir plus : http://www.inra.fr/Grand-public/Alimentation-et-sante/Toutes-les-actualites/Consommation-d-aliments-bio-et-syndrome-metabolique

 

 

 

 

Partager :