Partager :

► NOTRE RAISON D'ÊTRE 

Le SYNABIO est une organisation experte et innovante, fédératrice des entreprises de la bio (transformateurs et distributeurs).
Elle protège leurs intérêts et permet de développer leur influence pour contribuer, dans un esprit de filière, à la construction

d’une bio :

 

► NOTRE VISION

En 2030, la Bio représente 1/3 de la consommation alimentaire des ménages en France et les entreprises de transformation et de distribution bio jouent un rôle central dans le développement de la bio.


Ces entreprises déploient un modèle triplement gagnant, sur le plan économique, social et environnemental. Ce modèle d’entreprenariat permet de recréer le lien entre l’amont agricole, la distribution et les consommateurs. Il se trouve au coeur de dynamiques de filières qui
contribuent à la vitalité des territoires.


Le SYNABIO est un acteur incontournable pour :

  • promouvoir ce modèle et accompagner son déploiement dans les entreprises et les filières ;
  • influencer les politiques de développement économique du secteur agroalimentaire en général ;
  • faire évoluer, en lien avec ses partenaires, le label Bio en veillant à maintenir les fondamentaux de l'agriculture biologique et en intégrant les nouvelles exigences de la société et du public ;

 

► NOTRE FEUILLE DE ROUTE

 


Actualités en lien avec cet article

21/01/2019

 Négociations commerciales 2019: La bio sous la pression de la grande distribution

Communiqué de presse du 21 janvier 2019
le SYNABIO appelle les enseignes à éviter la guerre des prix
La bio, qui attire de plus en plus les consommateurs, est désormais au cœur de la stratégie des enseignes de la grande distribution qui ont toutes de grandes ambitions pour leurs rayons bio.

En 2018, le chiffre d’affaires cumulé de la bio en grande distribution dépassera les 4.5 milliards d’euros. Leclerc entend doubler son chiffre d’affaires d’ici 2022 tandis que Carrefour envisage de le quadrupler. L’engouement des consommateurs pour la bio permet à la grande distribution de compenser l’évolution négative de certains marchés conventionnels et de se montrer plus à l’écoute des attentes sociétales

Lire la suite
Partager :